Le curé sans tête

Les frères Hernando et Pedro, fils du deuxième gouverneur du Nicaragua, Don Rodrigo de Contreras, incités par leur mère, Maria de Penalosa, décidèrent la mort du premier évêque, fray Antonio de Valdivieso. Celui-ci fut le défenseur des Indiens contre la cruauté des maîtres espagnols et chercha à limiter les ambitions des fonctionnaires et du clergé. Il était donc devenu gênant. Il fut assassiné par le capitaine Juan Bermejo sur ordre des deux frères. Après la mort de ce religieux, le premier commis en Amérique, les assassins se sont partagé la province, ses habitants, les objets de valeur et les bijoux épiscopaux de l’évêque. Ce crime a ainsi ouvert la voie à la cruauté, la misère et l’esclavage par les conquérants espagnols.

C’est après ce crime qui remplit d’indignation et de mauvais présages tous les croyants, qu’apparaît la légende du curé sans tête.

On raconte que pendant les premières années de la fondation de la vieille ville de Leon, le prêtre de son église fut décapité d’un seul coup d’épée dans son temple par deux puissants frères et que sa tête a roulé jusqu’aux rives du lac Xolotlan où elle coula provocant une immense vague qui avança en grossissant jusqu’au lieu où le prêtre avait été assassiné, en inondant la ville.

Depuis cet événement, les indigènes commencèrent à apercevoir dans les cours des églises et dans les rues solitaires des villages, une silhouette noire qui se cache dans l’obscurité. Au bout de quelque temps, les observateurs se rendirent compte que la terrible apparition n’était rien de moins qu’un prêtre sans tête, vêtu d’une soutane et de chaussures noires, à sa taille un cordon avec une petite cloche qui tinte lors qu’il avance. À son cou, il porte un rosaire.

La légende raconte que le prêtre sans tête chemine tristement dans le monde en visitant les églises des différentes villes, toujours à la recherche de son église et de sa tête.

Certains affirment que le prêtre n’apparaît que pendant la Semaine Sainte.

Merci à l’association INTI qui m’a transmis cette légende !

Photo de couverture : La légende du curé sans tête, mozaïque du musée « Tradiciones y Leyendas del Coronel Arechavala », le 27 août 2009 (photo Hélène Legay)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.