Le volcan San Cristobal

Cette légende raconte qu’il y a bien longtemps, un prince nommé Chontal prénétra dans les hautes montagnes du nord du pays pour chasser, avec son arc, un magnifique cerf. Il était caché derrière un pin prêt à tiré quand arriva, de derrière un buisson, puirsuivant un papillon, une belle et fragile jeune femme totalement nue, dont seule la longue chevelure noire cachait son corp brun et nacré.

Devant une apparition aussi inatendue, l’arc et la flèche du jeune prince tombèrent à ses pieds et un dieu de l’amour lui lança une flèche d’amour dans le coeur. La jeune femme, qui n’était autre que la princesse Donaji resta également fortement impressionnée par la carrure robuste du prince, qui avait couvert son corp d’une unique peau de tigre.

Le prince, tombé très amoureux de la princesse lui demanda de l’accompagner vivre dans la plaine qui était sous son pouvoir. La jeune femme, également amoureuse, se mit à à pleurer de désespoir. Bien qu’elle l’aimait, elle savait qu’elle ne pouvait vivre loin de sa montagne et de ses pin où elle avait vécu toute la vie et qui l’avait redue si heureuse.

Le jeune prince avant hérité de ses ancêtres un anneau magique, avec lequel il encercla le volcan et le retira de ses fondations. Il pris le volcan sur ses épaules et prenant la jeune femme entre ses bras, il retourna sur ses terres, à l’endroit où se trouve actuellement le volcan San Cristobal. C’est pourquoi il existe dans ce lieu des pins caractéristique du nord.
Dans ce majestueux volcan, les deux amants vécurent pour toujours profitant de leur amour en parfaite harmonie avec la nature.

La légende raconte que les esprits du prince de Chontal et de la princesse Donaji se baladent toujours sur la cime du volcan. C’est pour cela qu’un panache blanc reste au sommet pour les proteger. Selon certains des habitants de la montagne, ce panache prend parfois la forme de la jeune femme.

Le prince et la princesse sont les protecteurs célestes de ces forêts et de tout ce que l’on y trouve. Il se dit que l’éruption du volcan de El Viejo a été causée par la protestation de la princesse Donaji devant la destruction de ses chers pins. Avec les gazs et les cendres qui émanent constamment de ce colosse maintiennent loin de lui les personnes qui souhaitent détruire ses domaines éternels.

 

Texte de Josefa Ma. Montenegro, extrait du mémoire « Leyendas nicaragauenses ». Traduction Hélène Legay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.