1927-1933 : Sandino, héros national

César Augusto Sandino (1895-1934) est le héros national. Il est le symbole de la lutte contre l’impérialisme et pour le pouvoir du peuple.

Augusto César Sandino (centre) en route to Mexico. Image tombée dans le domaine publicWatch Full Movie Online Streaming Online and Download

HISTOIRE

En 1926, c’est la cinquième fois que les États-Unis interviennent dans le pays. En mai 1927, les parties en conflit signent un traité de paix mais César Augusto Sandino (1895-1934), qui luttait aux côtés des libéraux, décide de poursuivre la lutte contre les forces d’invasion.

Avec un noyau initial de 30 hommes, celui qu’Henri Barbusse appellera « le général des hommes libres » organise une guérilla qui durera sept ans et mettra les forces des États-Unis en échec.

Le 1er janvier 1933, le dernier contingent de marines quitte le Nicaragua laissant place à une Garde Nationale formée pendant les sept années de lutte. L’Armée de défense de la souveraineté nationale du Nicaragua de Sandino dépose les armes à San Rafael de Norte, le 22 février 1933.

Un an plus tard, attiré dans un piège sous pretexte de négociation, Sandino est assassiné par la Garde nationale dont le jeune chef, Anastosio Somoza, s’empare du pouvoir et établit une dictature dynastique. Après l’assassinat d’Anastosio Somoza le 22 septembre 1956, ses deux fils, Luis (1956-1963) et Anastasio Junior (1967-1979), accapereront le pouvoir, directement ou indirectement.

Appuyés sur la Garde nationale, les Somoza se constituent un empire économique et, anticommunistes convaincus, s’érigent en gendarmes de l’Amérique centrale.

AUJOURD’HUI

Sandino est celui qui a réussi à vaincre avec peu d’hommes la force des États-Unis qui semblaient tout-puissants. Sa figure a été réutilisée par le Front Sandiniste de Libération Nationale dans les années 1960 pour débuter la guérilla contre la dictature de Somoza, guérilla qui s’est conclue en 1979 par la fuite du dictateur.

La figure de Sandino est aujourd’hui omniprésente au Nicaragua. Une ombre de plusieurs dizaines de mètres de hauteur symbolisant Sandino surplombe Managua et il apparaît sur une grande partie des fresque murales dans tout le pays.

 Sources

Je ne saurais raconter mieux l’histoire du Nicaragua que ne l’ont fait de plus brillant chercheurs. Le texte cité est extrait du très bon livre de Maurice Lemoine, les 100 portes de l’Amérique latine, Autrement, 1989 (articles sur le Nicaragua et le FSLN)

Image de couverture : Augusto César Sandino (centre) en route to Mexico. From http://teachpol.tcnj.edu/amer_pol_hist/thumbnail350.html. Image tombée dans le domaine public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.